Pourquoi adhérer au CGF ?

Vous êtes débutant en généalogie :

Rien de plus simple de commencer votre généalogie lorsque vous êtes adhérent de notre association. Nous mettons à votre disposition une base de relevés d’actes d’état civil sur le département du Finistère qui est riche de plus de 9 300 000 relevés.

Il faut que vous sachiez que l’accès physique à l’état civil n’est possible que pour les actes d’au moins 75 ans, sauf pour les actes de décès qui le sont quasiment immédiatement. Aucun site d’intérêt généalogique ne peut donc vous fournir des informations sur des personnes de moins de 75 ans.

A partir du moment où vous connaissez les noms de vos grands-parents ou arrière-grands-parents finistériens, dont les naissances vont être au-delà de ce seuil des 75 ans, il vous sera alors facile de les retrouver dans notre base RECIF.

Par ailleurs, si vous avez besoin de conseils, vous pourrez vous rendre dans nos antennes et exposer vos problèmes à des généalogistes confirmés qui pourront vous aider. Si vous ne pouvez vous déplacer, vous pourrez adresser des messages aux responsables de nos antennes, poser des questions dans la revue ou sur notre forum. Nous vous aiderons alors.

Et même si vous débutez, n’hésitez pas à lire ce qui suit…..

Vous êtes un généalogiste confirmé :

Vous avez fait des recherches sur le site des archives départementales du Finistère.  Vous avez consulté les tables décennales, les tables annuelles et vous avez tourné des pages numérisées, pour trouver votre bonheur, à s’en faire mal aux yeux, à vrai dire. Il est vrai que l’accès aux archives départementales  a le mérite d’être gratuit.

Cela peut paraître facile et donc inutile d’aller payer quelques sous pour adhérer à une association généalogique.

Et pourtant…..vos ancêtres ne sont pas tous nés dans le même village et sur trois siècles, vous irez d’un point à l’autre du département. Pas facile de suivre tous les déplacements au cours des temps et de passer d’un registre à l’autre, d’une commune à une autre, d’autant que tous les registres sont loin d’avoir été tous numérisés dans le Finistère….et ne le seront pas de si tôt.

Lorsque la numérisation est intervenue, on y trouve des reproductions d’actes faites à partir de microfilms, de qualité souvent médiocre pour un certain nombre de communes dans des années antérieures à la Révolution. De nombreux registres ont été classés incommunicables également et ne pourront être mis en ligne qu’après restauration. Par ailleurs, les archives ont pour but de ne mettre en ligne, pour l’instant, que les actes du XIXe siècle. On notera également que, suite à une décision de la CNIL, des vues numériques de moins de 120 ans ne peuvent souvent être mises par le service des archives. Par contre, le CGF a indexé des actes du XXe siècle, en respectant, bien entendu, le droit à la vie privée des individus vivants.

Notre association a surtout fait des relevés dans la série communale plutôt que dans la série départementale. Ils sont donc en général plus complets. Nous avons investi également une partie du XXe siècle, ce qui permet à nos adhérents de débuter beaucoup plus facilement leurs généalogies.

Plus de 9 300 000 relevés d’actes finistériens sont accessibles et trouvables très facilement à partir d’une indexation de qualité qui prend en compte les diverses écritures des patronymes, voire leurs traductions. Vous cherchez un aïeul « Le Jeune »….alors que lors de son baptême il est dénommé « Yaouank ». Son nom typiquement breton a en effet été traduit. D’autres patronymes l’ont été.  Saurez-vous les détecter facilement, si vous n’avez pas au moins quelques connaissances de la langue bretonne ?

Les patronymes ont évolué au cours des temps et comptent de nombreuses variantes. Ces variantes sont raccrochées à des noms type dans notre base et permettent quelle que soit la graphie que vous saisirez de pouvoir trouver l’acte convoité, dans la plupart des cas. C’est d’une redoutable efficacité !

Le CGF œuvre depuis pratiquement 40 ans pour relever les actes, ce qui fait que nos relevés faits à l’époque  pallient à l’impossibilité de consulter certains registres devenus incommunicables.

Plus vous remonterez dans le temps, plus vous constaterez que certains actes deviennent difficiles à lire et à déchiffrer.

A titre d’exemple :

Si vous avez lu ce texte sans difficulté. Bravo !

Si vous n’y arrivez pas, nous l’avons déchiffré pour vous.

Est-ce que la généalogie est une collection de lieux et de dates ?

Il ne faudrait surtout pas réduire la généalogie à cela.

Faire de la généalogie, c’est replacer ses ancêtres dans le contexte de l’histoire locale, mais aussi parfois de la grande histoire.

Nous vous y aidons, car notre base des relevés est dynamique.

A titre d’exemple, voici un relevé d’acte de naissance :

Vous pouvez apercevoir une vignette, avec la photo de l’individu. En cliquant dessus,  (dans notre base, bien entendu) elle apparaîtra en grand. Super de voir son ancêtre, n’est-ce pas ?

 

En cliquant sur « Référence biographique » voici ce que vous trouverez :

Vous apprendrez ainsi que votre ancêtre a été Résistant, et vous pourrez aller ensuite consulter son dossier au SHD de Vincennes. Saviez-vous qu’il avait un dossier aussi loin du Finistère?

Vous accéderez immédiatement à sa fiche matricule, suite à son recensement pour l’armée. Pas de longue recherche à faire sur le site des AD du Finistère.

Pour en savoir plus sur notre base des relevés RECIF, reportez vous à cette page de notre site Présentation des bases du CGF

Que faire quand on trouve un acte de mariage de ses ancêtres, qui ne contient pas l’indication des parents ?

Cela arrive souvent aux alentours des années 1700.

En cas de minorité de l’un des futurs mariés, si le père était décédé, il fallait obtenir une autorisation en justice pour convoler en juste noce.

Certains de nos adhérents ont dépouillé de nombreux actes de justice (décrets de mariage, tutelles, curatelles). De nombreux actes ont même été indexés et mis en référence biographique. D’autres non indexés sont transcrits dans notre bibliothèque numérique. Un vrai bonheur quand vous trouvez alors les filiations manquantes.

Vous avez découvert que votre ancêtre s’est marié en 1682, grâce à ce relevé :

mariage – 29/10/1682 – La Forest-Landerneau 

LE GLOANEC Paul 


Notes époux : Décreté de justice 

KERBRAT Marguerite 

Témoins : Paul LE GLOANEC signe, J. KERMORGANT Recteur signe

Pas de chance…aucune filiation

Oui, mais le CGF a indexé le décret de justice. Le voici, partiellement reproduit :

16 B 382 Cour de Landerneau 

feuillet: 69 V 

Du 07 octobre 1682 

DECRET DE MARIAGE 

A comparu Paul Le GLOANEC fils mineur de deffunt Yves Le GLOANEC et Catherine KERMAREC demeurant au village de Kergreach paroisse de La Forest , lequel a remontré qu’il recherche en mariage Marie KERBRAT fille de Tenenan KERBRAT et Marie MOYSAN demeurante avec sesdits père et mère au village de Kergreach et requiert que le mariage soit décrété de justice 

Signé : Paul le gloanec 

S’est présentée ladite Catherine KERMAREC mère du remontant demeurante au village de Kergreach, etc…

Un acte qui vous donne les filiations de ce couple, et vous permet de repartir pour la suite, avec certitude !

Avez-vous des ancêtres dans d’autres départements que le Finistère ?

Notre association fait partie de GENEABANK qui regroupe sur la France entière une centaine d’associations. Vous pourrez, en étant inscrit chez nous, consulter gratuitement les relevés de ces associations.

Une seule cotisation et ce sont  un peu plus de 97 millions de relevés qui seront à portée de clic, de chez vous.

Etes-vous le seul à descendre du même ancêtre ?

Ce serait bien étonnant. Nous vous proposons de déposer votre généalogie dans notre base BAGAD comme l’ont fait déjà plus d’un millier de nos adhérents.

Avec un peu de chance, l’un de nos adhérents a travaillé sur les mêmes ancêtres que vous. Vous allez vous découvrir un (e) cousin (e) et si vous déposez votre généalogie, vous pourrez même comparer vos arbres respectifs.

Cette base est faite de façon à pouvoir naviguer dans l’arbre qui vous intéresse. De superbes balades en perspective….

En voici un exemple :

 

Cette fiche vous donnera de nombreuses indications, la possibilité de naviguer dans l’arbre, en cliquant sur la lettre A de la première ligne, de faire apparaître l’arbre de cet individu à partir des recherches de l’adhérent déposant.

Si vous déposez votre généalogie, à partir d’un gedcom, vous pourrez comparer les résultats de vos travaux avec ceux de l’adhérent qui cousine avec vous.

 

Comme vous pouvez le constater, l’un des adhérents a avancé beaucoup vite que l’autre dans la recherche.

Voilà une façon qui vous permettra de conforter vos recherches, voire de trouver ce que n’arrivez pas à découvrir !

En outre, le dépôt de votre généalogie chez nous est une sorte d’assurance tout risque en cas de perte de votre généalogie suite au crash de votre ordinateur, puisque nous pourrons vous la restituer.

Et il y a d’autres bases à consulter :

Le CGF met à votre disposition des bases diverses comme celles des papetiers,  sabotiers, douaniers, des victimes des conflits, des bagnards, des décrets de mariage, des tutelles, ainsi qu’une bibliothèque numérique.

Que du bonheur, à travers toutes ces possibilités, pour faciliter vos recherches.

Alors, pourquoi ne pas adhérer ?

Share This